Épisode pluvial sévère sur les Alpes-maritimes : archives

Images infrarouge des masses nuageuses le 02 octobre 2020 de 13:45 à 22:45

La tempête Alex a induit sur sa frange sud-est méditerranéenne une remontée d'air chaud-humide qui, se confrontant au massif alpin froid a produit d'intenses et sévères averses dans l'Arrière-pays niçois.
Jusqu'à 600mm de pluie = moyenne/9 mois, or en 6 heures y sont tombés.
Ces eaux qui ont ruisselé sur les contre-forts abrupts ne pouvaient provoquer que l'engorgement des ruisseaux, des rivières et des courts fleuves, dont le fleuve Var en aval, à Nice ...

meteociel.fr eumetsat.int

Journal de 20h sur france2, le samedi 03 octobre 2020

Il semble intéressant et utile à notre réflexion de constater que des ouvrages des 1er siècle romain et 14è siècle gênois dont et surtout des ponts ont survécu à cet épisode sévère du 02 octobre 2020 ; tandis que de nombreux ouvrages modernes ou contemporains prétendument "pensés" en aménagement urbain ont été ruinés !

Les lourds ouvrages humains qui ont survécu à ces terribles hausses sont les plus anciens, dont le fameux Pont de la Cerise (à voir ici sur GoogleMaps) dont on dit dater des Romains (?) (embasement manufacturé à 15m de hauteur) qui enjambe la rivière Estéron à Gilette - 06510, avaient été pensés autrement.
L'Estéron demeure un affluent sauvage du fleuve Var.
Le Pont de la Cerise qui enjambe sa clue (du provençal cluse, du latin clusa, gorge, défilé) aurait pu être bâti plus bas sur la dalle rocheuse comme le révèle les images suivantes, certes mais on lui préféra une "altitude" très prudente car sa clue est particulièrement encaissée, resserrée. Les exemples sont multiples où de tels enjambements sont hauts dans les Vallées profondes des Alpes-maritimes ...
Un tel choix consacre la réalité d'une connaissance indiscutable de la fureur dévastatrice d'une crue, afin d'assurer une pérennité à l'ouvrage :

Le lieu-dit Pont de la Cerise est un lieu sauvage paradisiaque pour une baignade estivale, quoi que précisément dangereux lors d'un orage :

Cependant dans les Vallées de la Tinée, de la Vésubie et de la Roya des mémoires millénaires apparaissent aujourd'hui avoir été effacées autant que les dernières prétentions immobilières.
Un vieil Ami niçois me contait en 2008 : -"Un jour, le Paillon va encore se fâcher. Et il tuera" !
Le Paillon est un fleuve torrentiel qui saigne de temps-en-temps la Ville de Nice. Comblé dans son bras gauche de la Colline du Château et juste "drainé" au Port sous l'ordre de Napoléon III très haussmanien dès le rattachement du Comté de Nice à la France (en 1860), le Paillon (par son seul bras droit) est aujourd'hui souterrain sur les derniers 2,5km de son cours. Et il cause une alerte chronique, critique lors d'un orage : crues du Paillon à Nice (MétéoFrance).
Or, un orage sur Nice et son Arrière-pays est toujours sévère !

Le réchauffement climatique ne peut tout expliquer de notre affaire actuelle

... sauf qu'une mémoire ancestrale en eût été oubliée, accessoirement.

Par notre profond dépit contemporain, nous devrons pleurer également d'avoir oublié notre Histoire millénaire.

• Épisodes pluviaux intenses produisant à Chinon (FR 37500 – Indre-et-Loire) une inondation (en seule surface ; en surface et en souterrain) :
13 août 2020 à 12:54
19 septembre 2020 à 19:16
23 septembre 2020 à 16:00

Création web : Jean Grolaux dit Sentrais, artiste peintre - 52 rue Rabelais, FR 37500 Chinon
Mise-à-jour : 07 octobre 2020